Casey Project

La dernière exposition de Chris à la Galerie Atelier Franck Michel et sa vision :

En détournant la réalité sous forme d’un conte moderne invitant à la rêverie, Chris Tiboise souhaite exprimer que nous sommes à un moment crucial dans la prise de conscience qui devrait tous nous animer, car l’univers de Casey Town tel qu’il est décrit est en fait une vision parodiée du monde dans lequel nous évoluons…

En s’autorisant un retour à sa propre enfance qui fut des plus libres, une vie d’ado à Paris et la possibilité d’évoluer à sa guise où et quand bon lui semblait, il s’interroge sur le phénomène qui pousse les plus jeunes à ne pas profiter du monde extérieur, préférant leurs « ordis », et trace un parallèle visant à démontrer que la lumière y est peut être néfaste.

Ceci sous-entend que les dangers du quotidien et la désinformation influencent grandement le choix de nos ados à rester chez eux… il semblerait que Casey Town, c’est notre monde, que nous sommes déjà en 2138, et que les solutions pour revenir à un climat harmonieux viendra sûrement de ces ados là, et peut être alors, nous pourrons envisager l’avenir sous des cieux plus cléments.

Le Story-board

Par amour d’une fée hybride, un savant fou trouve le moyen d’ôter une particule à la lumière du jour, qui la rend ainsi insupportable à l’homme. Ce savant excentrique, une jeune fille brillante, un jeune aveugle et un chat nommé Neroptic composent les acteurs de cette histoire présentée sous la Forme d’un story‐board qui décrit les plans de ce qui, aurait dû être un film de fiction…

Dans un univers peuplé d’aveugles et de binoclards, les deux ados partent en croisade afin de restituer à la lumière ses vertus bénéfiques pour tous les habitants.

L’artiste, qui propose une version monumentale du Story‐board de l’histoire sur des supports inattendus plonge ainsi les spectateurs dans une ambiance lumineuse, sonore et poétique et en fait, de ce fait des habitant à part entière.

Comment rester indifférent au monde qui nous entoure en le voyant tel qu’il est…

Garder « son regard d’enfant » apparaît comme une échappatoire au climat anxiogène, présenté au quotidien par des médias qui nous passent en boucles une information qui n’en est plus une.

Comment imaginer que ce regard supposé être clairvoyant s’obscurcisse par la force des choses…

Serions-nous tous aveugles ou sur le point de le devenir, car trop habitués à ne plus rien regarder ?

Faire évoluer le spectateur dans un monde d’aveugles et de binoclards est l’argumentaire qu’a trouvé Chris Tiboise pour pointer du doigt les abus de la société de consommation, notre incapacité à échanger, ou encore a s’insurger face à ce qui pourrait nous nuire, voir nous détruire totalement…

Passage-Events.com